Créativité et transgressions sémiotiques des vins naturels

Nicolas Couégnas, Audrey Moutat,

Issus d’un engagement éthique et déontologique des vignerons à l’égard de la terre et des consommateurs, les vins naturels, ou « vins vivants », résultent de pratiques œnologiques anciennes en réfutant toute méthode industrielle de viniculture et de vinification. Les raisins sont issus de l’agriculture biologique, les vendanges manuelles et la vinification bannit tout intrant afin de garantir le caractère vivant du vin. Affranchie de principes et de règles fixes ou de toutes autres législations auxquelles sont soumis les vins « technologiques » et biologiques, cette pratique œnologique vise à retrouver l’expression naturelle du terroir en proposant des vins dotés de qualités organoleptiques originelles.

Cette revalorisation de la qualité de goût des raisins et des arômes inédits que ces vins libèrent implique, selon L. Baraou, une réévaluation de leur jugement organoleptique par l’instauration de nouvelles grilles d’analyse ainsi qu’une rééducation des sens accoutumés aux vins « technologiques » et conditionnés par des standards culturels.

C’est dans ce contexte de rupture avec la culture vitico-vinicole classique que notre recherche propose d’étudier la rhétorique de la transgression à l’œuvre dans les dispositifs de communication des vins naturels. A partir d’un corpus composé du site web, du blog et de la page Facebook d’Eric Reppert, gérant de la société Vins étonnants, nous analyserons comment les discours sur les vins naturels convoquent les ressources de la langue afin de communiquer sur les propriétés atypiques de ces vins et d’en décrire toute la complexité. Il s’agira notamment d’identifier comment ces discours mettent en scène ces vins et reconfigurent des structures sensibles caractéristiques d’une expérience de dégustation inédite. Plus particulièrement, nous procéderons à une étude comparative avec les résultats de nos travaux antérieurs sur les commentaires de la dégustation des vins traditionnels (Moutat, 2015) afin de mesurer les variations terminologiques et les stratégies discursives adoptées dans la construction d’une éthique et d’un système de valeurs spécifiques. On constate en effet que la communication sur ces vins ne s’enferme pas dans la norme de l’étiquette, la tradition des noms ou encore la canonicité du commentaire de dégustation classique.

Inscrite dans une méthodologie sémiotique (Sémiotique de la perception – Bordron, Moutat) et sémantique (Sémantique interprétative de Rastier), cette étude poursuit nos travaux sur la mise en discours de la perception et vise à mettre au jour de nouveaux dispositifs communicationnels dans la reconfiguration de structures sensibles atypiques, non conditionnées par des prescriptions culturelles normatives.

Mots-clefs Perception discursive – Sémantique interprétative – Iconicité – Stratégies communicationnelles – Sémiotique de la perception

Bibliographie :

Baraou, Laurent et Monsieur Septime (2013) La face cachée du vin : manifeste du bien boire, Paris, François Bourin.

Bordron, Jean-François (2002) « Perception et énonciation dans l’expérience gustative, l’exemple de la dégustation d’un vin », dans Anne Hénault (éd.), Questions de sémiotique, Paris, PUF, « Premier Cycle », pp. 121 – 154.

Cadiot, Pierre et Visetti, Yves-Marie (2001) Pour une théorie des formes sémantiques, Motifs, Profils, Thèmes, Paris, PUF.

Moutat, Audrey (2015) Du sensible à l’intelligible. Pour une sémiotique de la perception, Limoges, Lambert-Lucas.

Rastier, François (1987) Sémantique interprétative, Paris, PUF.

Nicolas Couégnas est maître de conférences HDR en sémiotique à l’Université de Limoges, membre du Centre de Recherches Sémiotiques (CeReS). Ses travaux portent sur deux champs complémentaires : sémiotique des œuvres textuelles (Du genre à l’œuvre, Lambert & Lucas, 2014) et sémiotique de la culture (Solutions sémiotiques, Lambert & Lucas 2005). Il est coordinateur du programme d’ANR Cultures Emergentes et Médiations Sémiotiques (CEMES, 2013-2017), et responsable scientifique pour le pôle de Limoges.

Audrey Moutat est maître de conférences en Sciences du Langage et en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Limoges. Sa recherche porte sur la sémiotique de la perception à laquelle elle a consacré son ouvrage Du sensible à l’intelligible. Pour une sémiotique de la perception (Éditions Lambert-Lucas, 2015). Elle s’étend également aux dispositifs de médiation et de médiatisation du sensible à travers différents objets, tels que les textes, la photographie, le son, la peinture ou encore l’art numérique.

Du sensible à l’intelligible. Pour une sémiotique de la perception, Limoges, Lambert Lucas, 2015.

« Communiquer le goût et la scène alimentaire par l’image. Étude des scénographies gourmandes des packagings de plats cuisinés », in Lexia, 19-20, Cibo e identità culturale, Simona Stano (dir.), 2015.

« Métalangage et épi-sémiotique. L’exemple du lexique de la dégustation », en collaboration avec Jean-François Bordron, in Signata, Numéro 4, Que peut le métalangage ? Questions au(x) métalangage(s), 2013