Discours œnologiques sur les réseaux sociaux chinois : une étude comparative

Weiwei Guo

Les réseaux sociaux sont, depuis quelques années en Chine, devenus un terrain stratégique d’informations et de communications de presque tous les domaines. L’œnologie ne fait pas d’exception. Les différents acteurs du milieu, producteurs, marchands, clubs ou encore magazines, y sont tous présents. Afin de décrypter les grandes tendances dans le discours œnologique, nous proposons de nous pencher dans cette étude sur trois comptes officiels sur le WeChat (réseau social le plus populaire du pays) : Decanter(醇鉴), World-Wine (红酒世界)et Pingouin Groupe(企鹅团), qui représentent des modèles économiques très différents, respectivement: revue de référence, magazine grand public et marchand.

Nous analyserons avec une approche stylistique un corpus composé de 30 articles publiés en 2016 sur les vins de gamme équivalente dans la rubriques « Recommandation ». Notre regard portera d’abord sur la technicité. Par technicité, nous entendons l’application du processus de dégustation d’une part, et l’utilisation des termes techniques d’autre part : les aspects visuels, olfactifs et gustatifs ont-ils tous été présentés ? Les descripteurs organoleptiques utilisés sont-ils attestés dans des dictionnaires spécialisés ou s’agit-il d’un vocabulaire plus personnel ? Et les références sont-elles « importées » ou plutôt chinoises ?

Nous nous intéresserons ensuite aux autres informations (entre autres les conseils de dégustation, l’accord mets-vin, le vignoble), ainsi qu’à la manière dont sont traitées ces informations, notamment le registre de langue adopté.

Cette analyse nous permettrait de décrypter l’image que font les auteurs des vins. En l’associant au degré de popularité de chaque compte, nous pourrions saisir la tendance de la communication œnologique en Chine actuelle.

Mots clefs : analyse stylistique, discours œnologique, réseaux sociaux, étude comparative

Weiwei Guo, est maître de conférences de chinois à l’Université Lumière Lyon 2, membre du Centre de Recherche en Terminologie et Traduction. Ses recherches portent sur les études comparatives des descripteurs sensoriels en français et en chinois.