Duras, là où la nourriture et la boisson se font « être » ou « non être »

Isabelle Daussaint- Doneux 

La nourriture comme la boisson ont joué un rôle important dans la vie même de l’écrivain. L’alcool l’a tuée…Quant à la nourriture et son associée de tous temps, la cuisine, — dont Duras disait qu’elle était aussi « créatrice que l’écriture » — elles ont toujours été au centre de ses préoccupations. A la mort de la romancière, ce fut un petit opuscule de cuisine  intitulé « La cuisine de Marguerite Duras » qui fut l’objet d’une dissension entre ses héritiers, son fils d’une part et Yann Andréa, son héritier littéraire, d’autre part. Jean Mascolo voulait publier le livre de recettes de sa mère, Yann Andréa avait peur de détruire l’image de Duras. Mais au-delà de cet aspect purement biographique, la nourriture s’intègre, dans l’œuvre de Duras, à ses personnages et la romancière la fait exister au travers de ses romans dans un véritable rapport à l’être. La nourriture peut alors, réellement, devenir métonymique du personnage. Qui ne se souvient de ce repas où le lecteur assiste à la dévoration d’un saumon et d’un canard à l’orange où la mort « rituelique » des aliments préfigure la mort d’Anne Desbaresdes, femme du patron de l’usine dans Moderato Cantabile, pour que puisse surgir quelque part près de ce bistrot où un meurtre d’amour s’est produit, cette femme, Anne, cet être féminin qu’un autre rituel ponctué de verres de vin avait fait émerger quelques jours, quelques minutes auparavant ? Etudier le lexique et la scénarisation du lien que la romancière établit entre la nourriture et l’être semble revêtir un intérêt tout particulier lié au langage d’évocation autour du boire et du manger. Enfin, et c’est le dernier aspect, mais non des moindres, que cette communication se proposera d’aborder : l’écriture durassienne autour de la nourriture et de la boisson se transforme en un « faire agir ». Bon nombre de lecteurs durassiens ont pris des camparis sodas et ont commandé des spaghetti à la vongole (sans que ceux-ci ne soient encore véritablement à la mode) après la lecture des Petits Chevaux de Tarquinia. Dans les colloques, on retrouve les durassiens autour de la bouteille de rouge fédérateur… Outre le caractère anecdotique de ces dernières lignes, on peut se demander comment Duras s’y prend pour donner un tel caractère performatif à son écriture. Par quelles techniques de langage, par quelles techniques d’écriture, la romancière arrive-t-elle à faire en sorte que son dire devienne un faire ?

Isabelle Daussaint- Doneux :

Maître-Assistante et Chargée de cours à la Haute Ecole Robert Schuman (Virton, Belgique)

Docteur en Sciences du Langage de L’université de Lyon2Lumières

Agrégation et Licence en Philologie Romane, Université Libre de Bruxelles.

A enseigné aux Université de Kairouan et de Sousse, Tunisie.

Publications succinctes :

Outre les articles consacrés à Duras, à la littérature du Moyen Age , à la didactique et plusieurs actes de colloque :

2000 : « Le fonctionnement de la conjonction mais dans le dialogue romanesque », Revue De Sémantique et de pragmatique N°8 : 81-100.

2002 : Le dialogue romanesque chez Marguerite Duras. Un essai de pragmatique narrative. ANRT.

2004 : « Pardon, un parcours de l’excuse au reproche », Revue De Sémantique et De Pragmatique N°15-16 : 135-155.