Extraction des collocations nominales dans la cuisine française

Tong YANG,

Notre étude s’inscrit dans un cadre d’enseignement du FOS (Mangiante et Parpette, 2004) à des cuisiniers chinois venus travailler dans des restaurants français. Une fois achevée la construction de notre corpus écrit et oral, Cuisitext, nous sommes frappé par un type de structure syntaxique : la collocation nominale [N+ADJ]. Une telle construction nous invite à penser que nous serions face à des structures figées spécifiques de type collocatives. S’il s’agit de collocations nous avons à faire à « des expressions semi-figées binaires, constituées de deux expressions linguistiques » (Grossmann et Tutin, 2008 : 8) et ses deux composantes (la base et le collocatif) ont une relation hiérarchisée : la base est sémantiquement autonome et prend son sens habituel, mais le collocatif est sélectionné en fonction de la base pour exprimer un sens donné (Haussmann, 1989 ; 1997). L’extraction des collocations du corpus pose toujours une problématique épineuse (Luka et al, 2006), car les difficultés rencontrées sont à la fois syntaxiques et sémantiques : au niveau syntaxique, ces éléments binaires ne sont pas forcément contigus, par exemple, un steak bleu accepte des insertions telles que : le steak est bleu et le steak est très bleu. Au niveau sémantique, il faut des expériences et des connaissances sur la cuisine française pour déterminer que les relations de deux éléments sont figées, semi-figés ou libres. Par exemple, les termes levure chimique et papier aluminium sont des figements reconnus ; crème liquide et œufs entiers sont davantage libres ; pâte feuilletée et persil haché seraient des collocations nominales.

Notre problématique de cette recherche est d’extraire des collocations nominales dans notre corpus Cuisitext. Deux questions seront abordées dans cette communication : comment extraire les collocations nominales dans le corpus Cuisitext ? Comment les sélectionner pour leur enseignement en FOS ?

Pour l’extraction, nous avons recours au programme NooJ (Silberztein, 2002) qui est un logiciel d’intégrer des outils de traitement automatique du langage. En théorie, NooJ pourrait décrire toutes les langues naturelles du monde (Silberztein, 2015), il suffit de construire des grammaires adéquates, ce que nous avons tenté de faire pour l’extraction des collocations nominales. Après l’extraction syntaxique, nous procédons à une sélection sémantique. La sélection sémantique peut se faire semi automatiquement. Les expériences et les connaissances sur la cuisine française nous aident à réaliser cette sélection sémantique que nous détaillerons dans notre présentation.

 

Bibliographie

Grossmann, F. & Tutin, A., (2008). Motivation of lexical associations in Collocations : the Case of Intensifiers denoting ‘Joy’, dans Festchrift In Honour of Igor Mel’cuk, L. Wanner (ed.), Amsterdam, John Benjamins.

Haussmann, F.J. (1997). Tout est idiomatique dans les langues, dans M. Martins-Baltar (éd.), Langages, La Locution entre langues et usages, Fontenay Saint-Cloud, ENS éditions, pp. 277-290.

Luka, N., Seretan, V., & Wehrli, E., (2006). Le problème des collocations en TAL. Nouveaux cahiers de linguistique française 27, p.95–115.

Mangiante, J.M. & Parpette, C., (2004). Le français sur objectif spécifique : de l’analyse de besoins à l’élaboration d’un cours. Hachette.

Silberztein, M., (2004). NooJ : an oriented object approach. In Royauté, J. & Silberztein, M. (dir.) INTEX pour la Linguistique et le Traitement Automatique des Langues. Proceedings of the 4th and 5th INTEX workshop, Bordeaux, mai 2001 et Marseille, mai 2002. Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté.

 Mot-clé : Extraction, collocation, syntaxique, sémantique, expérience

 

Tong YANG, doctorant de LATTICE et de DILTEC (Paris 3).

Communication :

« Cuisitext : un nouveau corpus pour l’enseignement » dans la journée des doctorants du LATTICE (Laboratoire Langues, Textes, Traitement informatique, Cognition) à Paris, les 2 et 3 Juin, 2016.

« L’enseignement des terminologies culinaire auprès des apprenants étrangers de niveau A2 » dans le colloque les terminologies professionnelles de la gastronomie et de l’œnologie : représentations, formations, transmission organisé par la Maison des sciences de l’Homme de Dijon en collocation avec les laboratoires CIMEOS et TIL à Dijon et Beaune, les 27 et 28 Septembre, 2016.

« Cuisitext : un corpus oral pour l’enseignement » dans le colloque LOSP (Langues sur objectifs spécifiques : perspective croisées entre linguistique et didactique) organisé par les laboratoires LIDILEM et ILCEA4 – GREMUTS) à Grenoble, les 24 et 25 Novembre, 2016.