Inventivité linguistique et création gastronomique : l’information du dit gastronomique

Fabienne BOISSIERAS

Soumise à des contraintes formelles et énonciatives strictes, la dénomination d’un plat gastronomique   peut sans doute être mise en lien avec la préciosité, entendue dans son acception classique, à savoir dans cette recherche commune et parfois caricaturale de l’énigme, du secret partagé, de l’alliance incongrue et de l’oblicité. Des procédés rhétoriques savamment distribués comme entre autres, la parembole, l’inversion, la dislocation, la polysyndète… permettent de suggérer un climat de connivence propre à susciter l’adhésion. Ce forçage énonciatif emprunte parfois des voies subtiles : le recours à telle préposition en concurrence avec d’autres options prépositives disponibles par exemple suffit à induire une proximité culturelle et affective entre un créateur de plats et quelques « happy few ».

Il s’agira de voir aussi comment se construit, en quelques mots, un récit susceptible de séduire et de susciter le désir. Un micro-récit en effet car le titre culinaire livre à travers d’abord l’agencement formel des syntagmes mais aussi grâce des données aspectuelles et temporelles subtilement ventilées, les étapes d’une aventure individuelle ancrée dans un espace et dans un temps. Ainsi, peuvent s’actualiser des désirs, se découvrir des « sens » dans une carte du goût aux limites infinies.

En tant que message programmatique, le titre gastronomique est bien une énonciation à haut risque, qui doit par des manipulations constantes   détourner du trivial et porter au sublime.
Les micro- analyses qui seront proposées s’inscrivent dans le champ des théories récentes de l’énonciation et de la pragmatique.

Mots clés : énonciation gastronomique, figures, préciosité, connivence, pragmatique,

Fabienne BOISSIERAS

En tant que stylisticienne, je mène une partie de mes recherches sur des corpus littéraires et plus particulièrement sur des auteurs majeurs du 18ème siècle ( Marivaux, Prévost, Voltaire, Sade …). La préparation aux concours d’agrégation que j’assume régulièrement m’offre parfois l’occasion de quelques excursus dans mes recherches. L’interdiscipline en stylistique est constitutive de la méthode. Une interdiscipline en perpétuel dialogue avec ses marges : lexicologie, syntaxe, analyse littéraire, rhétorique, pragmatique. De par ma formation de grammairienne, la  micro-lecture d’inspiration spitzérienne  est au fondement de mes travaux  : attention aux détails de la langue à partir desquels se dégage du sens..

Herméneutique que j’ai souvent exportée hors du champ littéraire pour questionner des textes singuliers,  nécessitant la même vigilance linguistique et fondant ce que divers théoriciens appellent une «  stylistique de terrain » (Georges Molinié). Mon objectif conformément à ma position dans le champ de la recherche est d’articuler des manières de dire aux intentions plus souterraines, esthétiques et symboliques, que peut inscrire en filigrane le texte.
Le centre de Recherche MARGE auquel j’appartiens intègre des chercheurs d’autres disciplines (langue, communication, philosophie, sciences politiques) favorisant ainsi un travail particulièrement stimulant sur des énoncés très divers.

Quelques publications récentes :

 Trous de mémoire, failles du cerveau, traces du vieillir : philosophie,   sciences et littérature , (ed. CNRS 2017), dirigé par F. Boissieras, Introduction.

« Le titre gastronomique : poétique du désir  » dans Parlers de table et discours alimentaires coordonné par Pascal Lardellier, Revue de linguistique française et d’analyse du discours, Tome 6.2 (2014). EME, Bruxelles,  Actes du colloque sur la gastronomie et ses discours, organisé par l’ULB, 19-22 septembre 2012.

L’âge de la connivence : lire entre les mots à l’époque moderne sous la direction de A. Bayle, F. Boissieras, M. Bombard, I. Garnier, Cahiers du GADGES n°13, , Librairie DROZ, Genève, 2016.

Dispositifs énonciatifs / dispositifs topographiques dans la Correspondance de Madame de Sévigné (publication en ligne, janvier 2013, GADGES, Université Lyon 3). Journée nationale d’agrégation sur Madame de Sévigné.             

« Approche rhétorique et pragmatique de la notion d’impertinence », dans Impertinence générique et genres de l’Impertinence (XVI-XVIIIe siècles), Cahiers du GADGES, Droz, n°10, 2012.