La fonction expérienciation dans les dictionnaires du vin et de la vigne : le cas de la minéralité

Patrick Leroyer

Gautier et Leroyer (2017) identifient quatre fonctions lexicographiques dans les dictionnaires, guides, atlas, encyclopédies et sites web ou applications du vin et de la vigne correspondant à quatre situations de consultation de ces plates-formes d’information imprimées ou digitales :

  1. Des situations cognitives dans lesquelles l’utilisateur consulte pour vérifier, enrichir ou s’approprier des connaissances œnologiques : connaissance du vin lui-même (Hachette 2017), connaissance de la langue du vin (Coutier 2007) ou de sa terminologie (Lerat 2006),
  2. Des situations communicatives dans lesquelles l’utilisateur consulte pour résoudre des problèmes de réception ou de production de texte – que signifie tel vocable, telle expression ; comment les utiliser correctement? Dans les situations interlinguistiques, la consultation sera motivée par les besoins d’aide à la traduction (Glatre 2014 ; Van der Merwe 2008),
  3. Des situations opératives dans lesquelles l’utilisateur consulte pour agir directement sur le vin par le biais d’instructions, de recommandations ou d’avertissements : instructions pour la dégustation ou pour l’achat de vins (Drync 2017), ou bien pour la sélection ou la planification d’une activité œnotouristique, visite de chais, de route des vins ou autres (Leroyer & Gouws 2009),
  4. Des situations interprétatives enfin dans lesquelles l’utilisateur consulte pour interpréter correctement des codes non verbaux – le décodage des étiquettes de vin par exemple (Leroyer 2013).

A ces quatre axes de recherche de l’information dont les modalités sont régies par des objectifs de réappropriation de moyens sémiotiques de cognition, de communication, d’action et d’interprétation, les auteurs mentionnent aussi l’objectif de réappropriation de moyens d’expérimentation, de découverte, de divertissement, que l’on pourrait regrouper sous le terme d’expérienciation :

Vins Bourgogne (2010) sous sa triple devise fonctionnelle « connaître, apprécier, vivre » s’ouvre à la navigation expérientielle. Il propose des parcours ludiques au travers de pages dédiées à l’exploration : « balades olfactives », « marions-les », et « Les mots pour le dire », un programme d’apprentissage permettant de découvrir le vocabulaire associé à la dégustation du vin. Un quiz permet à l’utilisateur « d’établir son propre profil œnologique ». On entre ici dans l’univers œnologique non plus pour savoir mais pour s’amuser […] Le processus d’accès est propre à des situations cognitives de type expérientiel. Les données ne sont plus recherchées, elles sont explorées pour être découvertes, l’information se construisant au fil de la navigation.

C’est en effet la recherche sérendipitive de l’expérience comme créatrice non seulement de sens mais de sensation qui motive bel et bien les parcours de consultation. Comme le font remarquer à juste titre les auteurs de l’appel à communication du colloque international «Terminologies professionnelles de la gastronomie et de l’œnologie, entre sens et expérience », l’expérience joue un rôle fédérateur incontournable :

Le discours et la terminologie œnologique et gastronomique s’intègrent totalement dans ces trois polarités du sens que sont la sensorialité, la sensibilité et la signification qui conduisent à la notion d’expérience. On ne parle pas de sensations mais plutôt d’expérience de sensations, d’expérience de dégustation, etc.

Pour autant, Gautier et Leroyer (voir supra) minimisent cette orientation en la subordonnant à des situations régies par la cognition. Il n’en est rien pourtant, la recherche de l’expérienciation étant un objectif en soi. Aux modes de consultation régis par des logiques d’indexation de l’information se substituent des modes de navigation balisés par des logiques de valorisation de l’information. On comprendra dès lors mieux la très forte prédominance des données multimodales et des parcours de navigation interactifs dans les plates-formes d’information dédiées au vin et à la vigne. Sans prétendre à supplanter le vécu sensoriel in situ, ces plates- formes s’appliquent à mobiliser des sémiotiques de l’expérienciation devenant un but en soi.

Je m’appliquerai ici à formuler la théorie d’une nouvelle fonction lexicographique: l’expérienciation. Pour en démontrer le fonctionnement, j’exploiterai les données et les expériences issues de la compilation du dictionnaire professionnel de la dégustation des vins de Bourgogne, Oenolex (Gautier et Leroyer 2017), en retenant le cas de la minéralité, notion récemment devenue une voie d’accès privilégiée à l’expérienciation œnologique.

Bibliographie

COUTIER, M. (2007). Le dictionnaire de la langue du vin. Paris, éditions du CNRS. DRYNC (2017). Drync Wine Pro. https://www.drync.com/

GAUTIER, L. / LEROYER, P. (2017). Construction, communication, représentation et réappropriation des discours vitivinicoles dans un ‘nuancier’ lexicographique en ligne. In Condei, Cecilia et al. (éds), Situations professionnelles, discours et interactions en traduction spécialisée,. Berlin: Frank und Timme, GmbH Verlag für wissenschaftliche Literatur [in press].

GLATRE, E. (2014. Lexique multilingue de la vigne et du vin. Paris : Dunod.

HACHETTE (2017). Le guide Hachette des vins. Paris : Hachette.

LERAT, P. (2006). Dénominations spécialisées, connaissances professionnelles et connaissances linguistiques en terminologie. Le cas du vin. In : Ibañez RODRIGUEZ et Sánchez NIETO, El lenguaje de la vid y el vino y su traducción (Soria, 3-6 mars 2004), Universidad de Valladolid, 201-224.

LEROYER, P. (2013). New Proposals for the Design of Integrated Online Wine Industry Dictionaries. Lexikos 23, 209-227.

LEROYER, P. / GOUWS, R. (2009) : En termes de vin – Modularisation lexicographique du guide oenotouristique en ligne. Revue Française de Linguistique Appliquée, vol. 2009-2, nr. XIV, p. 99-116.

VAN DER MERWE, Michele (2008): Wine and Words: A Trilingual Wine Dictionary for South Africa. Lexikos 18, 337-348.

PATRICK LEROYER, PhD, est professeur associé de linguistique appliquée en français et en danois, de communication d’entreprise internationale, et de lexicographie spécialisée à l’Université d’Arhus, Danemark, où il est rattaché au Centre de lexicographie. Sa recherche est centrée sur la lexicographie théorique dans une perspective fonctionnelle et inclut le développement de théories et méthodologies spécifiques permettant de gérer l’accès aux données lexicographiques, et d’en structurer la sélection et la présentation dans les outils d’information lexicographique en ligne (dictionnaires spécialisés, dictionnaires touristiques, dictionnaires œnologiques, dictionnaires corporate, dictionnaires bilingue) selon les besoins d’information des utilisateurs et leur profil, et selon les différentes situations d’utilisation de l’outil. Il a publié dans le domaine des langues étrangères appliquées, de la traduction spécialisée, de la communication d’entreprise, de la terminographie, et de la lexicographie. 

LEROYER, P. (2013). New Proposals for the Design of Integrated Online Wine Industry Dictionaries. Lexikos 23, 209-227.

LEROYER, P. / GOUWS, R. (2009): En termes de vin – Modularisation lexicographique du guide oenotouristique en ligne. Revue Française de Linguistique Appliquée, vol. 2009-2, nr. XIV, p. 99-116.