Le goût du terroir et du paysage. Entre monde naturel viticole et dégustation œnologique, étude des mécanismes d’intégrations sémiotiques

Nancy BASSO

Le vin est un objet expérientiel à la fois dans sa pratique visuelle, gustative, olfactive, tactile ou encore proprioceptive et demeure complexe en ce que ce dernier contient, au sein de l’univers qui l’englobe, divers pôles1 de nature hétérogène tels que les parties du monde naturel, le flacon, l’étiquette, la pratique de dégustation, etc. Cette communication se propose de dévoiler, avec un effort de vulgarisation, les mécanismes de présence des formes signifiantes empruntées par le terroir et le paysage, deux figures du monde naturel viticole, dans les commentaires de dégustation de deux appellations génériques de référence que sont le Bordeaux et le Bourgogne.

Le cadre théorique de cette communication est celui d’une sémiotique générale déclinée en divers types de sémiotiques-objets qui dialoguent avec une sémiotique du monde naturel. Notre analyse sémiotique s’appuie sur un corpus textuel, rassemblant divers commentaires de dégustation2, accompagné d’un corpus d’images relatifs aux deux régions viticoles précédemment citées. Notre objectif sera de dévoiler certains mécanismes sémiotiques en jeu, tels les processus rhétoriques, dans l’évolution des formes d’expression du terroir et du paysage. Lors de leur saisie (poly)sensorielle, le terroir et le paysage sont principalement de l’ordre du visuel alors que les commentaires de dégustation reflètent une activité entremêlant syncrétisme et synesthésie. Il nous faudra ainsi décrypter les passages et les conversions sémiotiques d’une composante à l’autre au sein de l’univers vitivinicole.

Le choix des deux appellations génériques de référence s’est naturellement imposé à nous, ces deux régions viticoles (le bordelais et la Bourgogne) étant fréquemment qualifiées de « meilleures ennemies » par ceux qui seraient tentés de les comparer ou de mettre en avant leurs spécificités respectives. En effet, selon notre approche sémiotique, elles se distinguent principalement par la focalisation sur les potentialités géo-climatiques, par l’attachement à des espèces végétales spécifiques, par des techniques de vinifications différentes et par une organisation et une occupation du paysage contrastées. Cette recherche de cohérence par la mise à jour des mécanismes sémiotiques entre monde naturel et sensations gustatives verbalisées, de l’évocation d’une esthétique jusqu’au contrat fiduciaire, affirmera la position centrale du terroir et du paysage viticole dans la dimension culturelle et symbolique du vin.

Nancy BASSO

Doctorante au CeReS (Centre de Recherches Sémiotiques), Université de Limoges.

Thèse de doctorat, sous la direction de Jacques FONTANILLE, intitulée : Le parcours sémiotique du vin, du cépage à la dégustation. Deux appellations de référence : Bordeaux et Bourgogne.

Nancy Basso, Le vin, sujet d’analyse à la croisée des sciences humaines et sociales : l’apport de la sémiotique à l’étude de cet objet complexe, Les Têtes Chercheuses – Journées d’étude, Lyon, Novembre 2015 [en ligne].

Nancy Basso, De la terre au verre, les manifestations sémiotiques du terroir, Colloque « Les territoires du vin », février 2016, ESA d’Angers, Actes du colloque à paraître.

1 Que nous nommerons « sémiotiques-objets » dans notre travail.

2 Dégustation effectuée par des professionnels.