Représentations littéraires de la gastronomie paysanne : imaginaire et mise en scène de la cuisine française du terroir (Vendée)

Inka Wissner

La cuisine française, au cœur de la notion de Patrimoine immatériel, se caractérise par un ancrage fort dans le territoire. Outre sa réalisation prestigieuse associée à la haute cuisine, elle connaît une culture ‘de tous les jours’ dans chacune des régions de France. C’est la représentation de cette gastronomie quotidienne dans l’imaginaire culturel que cible cette communication, plus précisément celle de la cuisine paysanne en Vendée, région qui ne dispose pas d’une image culinaire collective forte. Elle sera analysée à partir d’un dépouillement des romans d’un écrivain de l’École de Brive publiée aux Éditions R. Laffont dans une collection du même titre (Viollier 1988-2004). Il s’agit du corpus textuel récent le plus complet pour étudier la représentation discursive de la ‘Vendée’ à travers le discours romanesque. L’écrivain y met en scène la vie des gens ‘simples’ dans sa région depuis le 18e siècle à nos jours. Pour l’analyse de l’imaginaire culturel autour de la cuisine française – et plus largement des aliments qui sont à sa base – le roman est particulièrement intéressant au sens où il contribue à la diffusion, à la perpétuation et à la formation d’un imaginaire culturel. En effet, malgré la place croissante qu’occupent les nouveaux médias, cette capacité de diffusion se maintient grâce au prestige social traditionnel de la littérature. La cuisine française y bénéficie d’une place privilégiée, surtout dans la littérature ‘régionale’, dans la mesure où elle fait partie intégrante de la spécificité des territoires. L’exposé sera l’occasion de voir mis en scène le motif littéraire du ‘repas français paysan’, puis d’observer les mets et aliments spécifiques. On ciblera les particularismes linguistiques du terroir (‘régionalismes’) en examinant les valeurs culturelles qui leur sont attribuées. L’analyse associe aux théories des représentations collectives (Amossy/Herschberg Pierrot 1997) les outils de la sociologie de Bourdieu (1982) et de l’analyse du discours littéraire (Maingueneau 2004), de la sémiotique (Authier-Revuz 1995), mais aussi de la lexicographie française francophone qui identifie les régionalismes (comme Rézeau 2009). Ceci permettra d’obtenir une vue d’ensemble sur un champ lexical ancré dans la région, autour de mots et de phénomènes qui en sont caractéristiques et qui y véhiculent des valeurs particulières, comme la brioche de Pâques, les caillebotes, le préfou ou encore l’apéritif de la trouspinette.

Mots-clés : Gastronomie – imaginaire culturel – Vendée – régionalisme – littérature

Inna Wissner est chargée de programme Éducation au développement durable à Terre des Hommes au siège à Lausanne en Suisse.

Laboratoire de rattachement : Linguistique et lexicographie latines et romanes (EA4080), Université Paris-Sorbonne, Paris IV

Bibliio :

Wissner, Inka, 2016, « Le français des Isles : des Antilles à la Nouvelle-Calédonie », Langages 203, 103-122 (www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/langages/langages-ndeg-203-32016).

Wissner, Inka, 2014, « Pour un nouvel éclairage sur le statut des diatopismes : mise en regard des emplois de deux romanciers de l’Ouest de la France », in : Y. Greub et al. (edd.), Dialectologie et étymologies galloromanes (coll. BiLiRo XII), Strasbourg : ÉLiPhi, 373-396.

Wissner, Inka, 2013, La Vendée dans l’écriture littéraire. Analyse du vocabulaire régional chez Yves Viollier (coll. BiLiRo X), Strasbourg : Éditions de linguistique et de philologie, 419pp.